La fille dans l’écran Review

Hi everyone! Or should I say bonjour tout le monde ! Je viens d’obtenir mon diplôme universitaire et, après plus de 12 ans d’étude du français, il me semble que je ne utilise plus vraiment la langue. Dans mon travail de traductrice et d’interprète, tout ce que j’écris ou je parle est en anglais, comme c’est le cas pour tous les natifs de cette langue qui travaillent comme moi. J’ai donc décidé de me mettre au défi de lire quelques livres en français (et en espagnol quand je peux les procurer !) et d’écrire une petite critique dans la langue du livre. Veuillez excuser mes erreurs (mais j’apprécierais toute correction et tout conseil !), je suis apparemment au niveau C1 mais c’est tellement subjectif, le CERCL ! En tout cas, sans plus attendre, voici la critique !


Titre: La fille dans l’écran

Auteur(s): Manon Desveaux et Lou Lubie

Pages: 186

Genre: Roman sentimental, romain contemporain, bande dessinée, LGBT+,

Évaluation: 5 étoiles – 9.57 évaluation de CAWPILE

Résumé: Coline, 22 ans vit en France et souffre de troubles  anxieux qui l’ont isolée du monde. Hébergée à la campagne chez ses grands-parents, elle rêve de  devenir illustratrice. Ses recherches d’inspiration la  conduisent à contacter Marley, une photographe installée à Montréal. De son côté, Marley, 28 ans vit au Québec a abandonné sa passion pour la  photo pour se laisser porter par sa vie  montréalaise trépidante. Elle a un job alimentaire,  un amoureux québécois et un quotidien rythmé  par des sorties. Les messages de Coline vont réveiller en elle un réel besoin d’authenticité.  Coline et Marley vont tisser un lien capable de  surmonter la distance et le décalage horaire et  qui se révèlera de plus en plus dense jusqu’à la rencontre en France…

La fille dans l’ecran est l’histoire de deux jeunes femmes, Coline et Marley. Coline vit en France et est une artiste en herbe. Elle vit actuellement dans une annexe de la maison de ses grands-parents et est en réalisant une bande dessinée. Elle a dû abandonner l’école en raison de son angoisse, mais sa mère pense que l’éducation formelle et un bon emploi sont les seuls moyens de réussir. En cherchant de l’inspiration pour sa bande dessinée, elle tombe par hasard sur la photographie en ligne de Marley. Marley vit au Québec et elle a abandonné la photographie pour une “vie sociale trépidante”. Elle travaille dans un café, vit avec son petit ami mais il semble que sa vie ne menait a rien. Après que Coline ait envoyé un courriel demandant la permission d’utiliser sa photographie comme référence, les deux se sont liés d’amitié.

Je ne sais pas trop comment faire la critique d’une bande dessinée sans rien gâcher et sans insérer des photos des choses que j’ai aimées ! Mais je peux dire sans hésiter que c’est l’une des meilleures bandes dessinées que j’ai jamais lues ! Sur un côté des pages, nous avons l’histoire de Coline, tout en noir et blanc, et sur l’autre, celle de Marley, en toute couleur. Le fait d’avoir ces différences a été très utile, en particulier lorsque leurs histoires se déroulaient exactement au même moment. Les petits bouts de SMS et d’e-mails qui se sont glissés entre les deux pages étaient un excellent moyen d’introduire le dialogue et de montrer que leur relation s’est développée. En fait, j’ai trouvé toute la mise en page de la bande dessinée particulièrement génial ! Il y avait tellement de petits détails qui la rendaient si géniale – du circuit d’autobus indiqué sur la page pour briser les panneaux, aux représentations presque tangibles de l’angoisse de Coline.

Comme c’est le cas dans la plupart des bandes dessinées, on ne voit pas vraiment les pensées et le dialogue intérieur des personnages, et je pense que cela a été très bien solutionné ici. Chaque fois que Coline était vraiment heureuse de quelque chose, de petites fleurs apparaissaient au-dessus de sa tête. Il y avait aussi une scène où leurs deux têtes se transformaient en emojis, ce qui était bien mieux que ce qu’il n’y paraît, je vous le promets !

Ce roman graphique m’a fait rire à haut voix à plusieurs reprises. Il y a une scène où Marley essaie de prendre un selfie à envoyer à Coline et la caméra la déforme complètement et je pensais que ça a vraiment mis le doigt dessus ! Mais il y a aussi des sujets lourds qui sont traités. Bien sûr, il y a les angoisses de Coline et le fait que sa mère soit opposée à la carrière qu’elle a choisie, mais Marley est aussi dans une relation abusive, ce qui était parfois très difficile à lire. En le lisant, on voulait juste le meilleur pour les deux femmes.

La romance dans cette bande dessiné était très “slowburn” et ils étaient des amies proches avant d’être des amoureux, ce que j’adorais. J’adorais voir les fins de leurs emails passer de “amicalement” à “bises” et puis à envoyer des textos non stop ! Leur première rencontre a été absolument adorable et j’ai adoré la façon dont le noir et blanc et les couleurs se mélangaient lorsqu’ils sont ensemble ! J’étais aussi très heureuse de voir deux femmes s’embrasser sur la couverture ! Une victoire pour les wlw!

Dans l’ensemble, j’ai eu beaucoup de plaisir à lire cette bande dessinée ! Le français n’était pas trop compliqué et je n’ai eu beaucoup de mal qu’avec quelques termes d’argot, alors je vous recommande de le lire, même si vous pensez que votre français n’est pas tout à fait à un niveau élevé ! C’était une bande dessinée si mignone et si drôle et je suis si heureuse de l’avoir sur mon étagère !

8 thoughts on “La fille dans l’écran Review

  1. Ah, j’aime beaucoup ça! 😍 J’apprenais le français à l’école (niveau B2), mais je ne j’utilisais pas depuis six ans… J’ai oublié presque tout – je suis très désolée pour les erreurs 😅 Mais ton critique était une bonne occasion de pratiquer 😉 Et peut-être une bande dessinée est un bon choix pour améliorer mon français?
    (Also, feel free to correct my imparfait/passé composé usage – I have forgotten all the rules, I think 😁)

    Liked by 2 people

    1. Non, je comprends complètement ! En fait, je crois que c’est un tres bon choix pour le réapprentissage de la langue parce que les auteurs utilisent la langage vraiment modèrne ce qui n’est pas le cas pour les ouvrages classiques, et aussi je pense que c’est beaucoup plus amusant qu’un livre classique ou peut-être la fiction littéraire qu’on voit souvent dans les libraries sur les petites étagères comportant des livres en langues étrangères ! Mais bon, je ne parle pas couramment la langue mais si t’as besoin de mon aide n’hésite pas a m’envoyer un message !

      Liked by 2 people

      1. Merci beaucoup! Tu as raison – je pense qu’une BD est beaucoup mieux que la fiction littéraire ou les ouvrages classiques. Quelques fois, je ne comprends même pas les classiques allemands et anglais parce que la langue est si vielle… 😁

        Liked by 2 people

  2. Ton français est très bon! Ce livre semble super intéressante et j’essaierai de le trouver. Moi aussi, je voudrais lire plus de livres en français, mais là où j’habite on n’en trouve pas beaucoup.

    Liked by 2 people

Comments are closed.